L'Africa CDC optimiste sur le vaccin contre le paludisme

L'Africa CDC optimiste sur le vaccin contre le paludisme

Les responsables africains de la santé sont optimistes que le premier vaccin antipaludéen approuvé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) puisse « changer radicalement » la façon don’t ce continent de 1,3 milliard d’habitants combat la maladie.

Le nouveau vaccin contre le paludisme « change la donne » dans la lutte contre cette maladie responsable de centaines de milliers de décès chaque année en Afrique, a déclaré John Nkengasong, directeur des Centres africains de contrôle et de prévention des maladies (Africa CDC). L’OMS a approuvé le vaccin mercredi en se fondant en grande partie sur des essais cliniques menés dans trois pays africains - Ghana, Kenya et Malawi - où plus de 800 000 enfants ont reçu le vaccin depuis 2019.

La nouvelle a été accueillie avec enthousiasme en Afrique qui a représenté 94% des cas de paludisme dans le monde en 2019 avec une estimation de 215 millions de cas, selon le Rapport mondial sur le paludisme 2020 de l’OMS. Le paludisme a tué 386 000 personnes sur le continent en 2019, soit plus de 90% du bilan mondial, six pays africains représentant plus de la moitié des décès dus au paludisme dans le monde.

 

Le vaccin antipaludéen Mosquirix, sur lequel GlaxoSmithKline travaille depuis 1987, a une efficacité limitée d’environ 30% dans la prévention du paludisme grave et intervient après des décennies de tentatives infructueuses pour trouver une protection contre le paludisme. Il offre un certain espoir aux enfants des pays africains où l’accès aux moustiquaires et aux autres mesures de prévention est limité.

 

Le directeur de l'Africa CDC a également félicité les trois pays africains qui ont participé aux essais cliniques, montrant ainsi « le leadership africain et une attitude positive pour résoudre et apporter des solutions à certains de nos problèmes de santé ». Selon Bernhards Ogutu, directeur de la recherche à l'Institut de recherche médicale du Kenya, le vaccin s’est avéré efficace chez les enfants âgés de six mois à deux ans, et « là où il a la plus grande efficacité et le plus grand impact. »

Au Nigeria, le pays le plus touché au monde avec 27% de la charge mondiale de paludisme, les responsables espèrent que le pays sera prioritaire lorsque la distribution du vaccin commencera. « Le gouvernement nigérian et ses partenaires doivent être proactifs et fournir les directives, les infrastructures et la logistique nécessaires pour que, lorsque le vaccin sera disponible, nous soyons prêts pour une mise en œuvre complète », a déclaré Perpetua Uhomoibhi, coordinateur national du programme national d’élimination du paludisme.

 

Le vaccin sera "plus efficace lorsqu'il sera utilisé en combinaison avec l'ensemble des interventions éprouvées contre le paludisme, notamment la chimioprévention du paludisme saisonnier (SMC), les moustiquaires imprégnées d'insecticide longue durée, le diagnostic basé sur les parasites et la gestion des cas", soutient James Tibenderana du Malaria Consortium.

Les systèmes de santé du continent doivent être renforcés et des financements innovants doivent être mis en œuvre pour éliminer la maladie dans toute l'Afrique, ajoute James Tibenderana. « Cette recommandation positive doit s’accompagner d’un effort continu et collectif en matière de recherche et de développement d’un vaccin contre le paludisme. »

Africavet.COM

Le Portail de la médecine vétérinaire en Afrique